Stress Covid ou « fatigue pandémique » : symptômes et comment le combattre

Stress de Covid
Nous luttons depuis un certain temps dans un secondconfinementet, après un été moins restrictif, le pays se trouve confronté à de nouvelles fermetures et à de lourdes limitations. L’organisme et l’esprit réagissent à l’urgence laborieusement et, souvent, avec un grand sentiment de perte. Un état physique et psychologique que l’Organisation mondiale de la Santé a codifié comme « fatigue pandémique ».

Qu’ est-ce que la fatigue pandémique ?
Les États européens ont observé des signes significatifs de fatigue et de stresschez leurs populations à la suite de la pandémie persistante de Covid-19. La « fatigue pandémique » se traduit par une démotivation croissante de la population dans la mise en œuvre du comportement protecteur recommandé pour la protection de la santé des individus et des communautés. Le stress pandémique, un vrai syndrome comportemental causé par une urgence, qui se manifeste par un fort stress émotionnel, la fatigue et la peur, tous les symptômes qui accompagnent également le soi-disant brouillard cognitif post-Coronavirus, développé par ceux qui sont guéris de l’infection. Une vraie fatigue mentale due à la prolongation de l’urgence. Ce qui entraîne de la fatigue et de l’épuisement. Irritabilité, troubles du sommeil et de l’humeur. Et que, selon une recherche européenne menée par l’OMS, elle touche six personnes sur dix. Plus les nouvelles émanant des médias sont inquiétantes et la perception que l’urgence dure longtemps s’intensifie, plus le stress pandémique augmente. Le premier confinement a forcé la population à révolutionner sa vie professionnelle, sociale et émotionnelle. Tout le monde a été appelé à des efforts considérables, mais avec l’espoir de voir « la lumière au fond du tunnel » : une sorte de destination à atteindre pour pouvoir retrouver sa vie quotidienne. Maintenant que les limites et les bouclages ont été imposés à nouveau comme le seul moyen de lutter contre la pandémie de Covid-19, le stress redevient plus aigu, plus intense qu’auparavant. Cette balançoire de décrets et de normes restrictives, qui changent continuellement, engendre l’épris et la confusion. Les personnes les plus fragiles luttent pour suivre le rythme, surtout émotionnel, et souffrent des effets psychosociaux causés par la pandémie. Il est essentiel de chérir les stratégies mises en place pendant les périodes de quarantaine déjà vécues et de ne pas vous exposer excessivement aux nouvelles négatives : s’enquérir est un devoir, mais sans obsession. La fatigue pandémique, c’est-à-dire le stress pandémique, ne doit pas être confondue avec la « fatigue post-Covid », c’est-à-dire l’état de douleur, de fatigue chronique et de perte qui affecte ceux qui ont eu la maladie. Ce qui a déjà été vécu peut constituer un fardeau dommageable : dans le travail, les habitudes et, dans les cas les plus délicats, l’intégrité physique et mentale ou peut-être celle d’un être cher. Le risque, dans ce cas, est que le problème devienne une partie de la vie quotidienne, quelque chose avec lequel vous devez vous habituer à vivre ensemble : le stress pandémique, par conséquent, peut devenir chronique.

Quels sont les symptômes de la fatigue pandémique ?
Anxiété, agitation, sautes d’humeur, colère, tristesse, agitation, désir de liberté, rejet des normes imposées, résignation, passivité aux événements et déni du problème. Les symptômes décrits ci-dessus sont les plus courants de fatigue pandémique : naturellement, ils peuvent varier d’une personne à l’autre et peuvent être plus ou moins intenses selon les circonstances. Dans tous les cas, ce sont des humeurs qui provoquent l’apparition de maladies, légères ou grandes selon les cas, tels que : tachycardie, insomnie, étourdissements, crise hypertensive, perte d’appétit ou, en même temps, contraire, gain de poids, perte de cheveux, colite.

Comment lutter contre le stress de Covid
Une fois que le problème a été identifié, que l’état d’anxiété est causé par la situation d’urgence qui est une fois de plus trouvée à faire face, il est utile de courir pour se couvrir. Il est possible de maîtriser le stress pandémique. Tout d’abord, il est essentiel d’accepter le fait que l’on peut être fatigué, épuisé et démotivé. C’est une réponse normale du corps et de l’esprit, qui en tant que légitime défense s’installe dans un état chronique de stress. Avant cette condition chronique provoque des troubles liés à l’anxiété, conduisant également à un abaissement des défenses immunitaires, mieux d’accepter la situation et d’étudier une stratégie d’évasion, dans les murs de la maison, visant à la détente.
De petites actions à prendre chaque jour pour lutter contre le stress pandémique
 : « La vie ne peut être comprise qu’à l’envers, mais elle doit être vécue en avant », a déclaré le philosophe danois Kierkegaard. Une stratégie de survie possible est alors les petites actions à faire tous les jours. Dans un article intitulé Peak anxiété, voici 10 façons de se calmer, le New York Times a élaboré un décalogue suggérant la formule de « trois minutes ». Trois minutes suffiraient, apparemment, pour changer l’humeur d’une journée et mettre en mouvement la dopamine, les hormones de la motivation. Quelques idées ? Sauter, danser, bouger, interrompre ce que tu faisais. Mais aussi, au contraire, faites attention à la respiration, arrêtez, méditez, faites du yoga. Ou, simplement, promener le chien. Pour établir un plan d’activités hebdomadaires à faire à la maison peut aider. Un exemple ? Trouvez une séance de remise en forme à suivre avec le tutoriel en ligne, pratiquer le yoga, pilates ou m ou séries télévisées qui vous permettent de débrancher. Même cultiver des passions une fois relégué à un après-midi sporadique peut aider : jardinage, cuisine, bricolage, peinture, écriture créative sont toutes des activités qui, bien que pour certains Maintenant un jour, vous permettent de ne pas accrocher aux nouvelles loin de réconforter. Le travail, effectué à l’intérieur des quatre murs de la maison, ne doit pas devenir la partie prépondérante de la vie en période de confinement, sinon le syndrome de stress pandémique ne ferait qu’empirer pour que la charge supporte. Faire de courtes promenades à la maison, dans la nature, seul (comme le permettent les décrets) peut aider à libérer l’esprit de la négativité généralisée. Cela ne signifie pas de s’enquérir, mais de se limiter à suffisamment de nouvelles pour faire comprendre les faits, sans extrémiser. Lorsque le stress pandémique se manifeste par de forts symptômes, il est toujours nécessaire de ne pas sous-estimer le problème et de consulter votre médecin.

L’ importance de la dopamine
« Dopamine, par exemple, nous récompense quand nous avons accompli quelque chose. Commençons donc à créer un mécanisme qui nous fait sentir bien pour le simple fait que nous avons terminé un projet. Comme lire un livre. L’ ocytocine, enrevanche, est l’hormone de l’amour et de l’empathie. Une alternative pour la garder en cercle est de regarder dans les yeux et de sourire, même avec un masque : ce simple geste nous permet de nous connecter à un niveau plus profond avec les gens. »


Les règles à suivre contre le stress de Covid

« Jusqu’à aujourd’hui, nous avons effectivement fait un travail extrême » ajoute Francesca Maria Montemagno, co-fondatrice de Smartive, start-up pour la diffusion de la culture numérique. « Je ne dis pas et ne veux pas un avenir fait de réunions en ligne. Nous sommes des êtres humains, nous nous nourrissons de relations et d’expériences. Mais nous pouvons trouver le juste équilibre en changeant la culture d’entreprise. » Comment se protéger en attendant ? « Mon conseil est de définir une feuille de route et votre espace logistique » conclut Branchetti. « Pause café et activité physique « bureau de poste ». Sans oublier que le travail intelligent ne signifie pas l’isolement, vous pouvez également discuter et plaisanter avec des collègues à distance. » Il est normal de se sentir triste, stressé, confus ou effrayé pendant une crise. Parler à des gens en qui vous avez confiance peut vous aider. Contactez vos amis et votre famille. Si vous devez rester à la maison, maintenir un mode de vie sain – une bonne alimentation, dormir, faire de l’exercice – et des contacts sociaux avec vos proches et vos amis par e-mail et téléphone. Essayez de limiter l’inquiétude et l’agitation en réduisant le temps que vous et votre famille passez à regarder ou à écouter les médias que vous percevez comme bouleversants. Rappelez-vous comment dans le passé vous avez fait face à l’adversité de la vie pour gérer la d’urgence.